Visite Virtuelle

Cette petite présentation a été conçue par une de nos clientes. Elle a tenté de vous transmettre l’impression, l’état d’esprit dans lequel vous seriez si vous étiez réellement à la Ferme du Centaure. En espérant que cette visite pour plaira!

Lorsque j’arrive à l’écurie, les tensions de la journée se relâchent. Je ne me lasse jamais de contempler l’aménagement des lieux. Ici, tout est beau et confortable. Les portes de cèdre de l’écurie faites à la main par le père d’Orphée m’invitent à entrer.

porte écurie

Les parfums du cheval, du cuir et du bois m’accueillent dès mes premiers pas dans l’écurie. Le bois bien huilé des box, les litières de paille d’avoine gonflées et brillantes, l’allée munie d’un tapis de caoutchouc doux pour mes genoux plus très jeunes. Je me sens ici chez moi, dans le monde des chevaux.

Je ne croyais pas que le manège intérieur avec la structure massive de poutres et de colonnes de bois qui soutiennent les estrades du deuxième étage deviendrait cet endroit si lumineux et chaleureux où nous passons tant de temps. C’est notre cathédrale à nous les pensionnaires ou élèves d’Orphée.

100_0114

Les autres pensionnaires ce sont avant tout des amis. À l’écurie, notre lieu de rencontre c’est Le Salon de la rêne ou la sellerie, des endroits où nous pouvons partager des fous rires et surtout parler des chevaux pendant des heures et des heures… L’éthologie vous connaissez? On appelle cela aussi éthique cheval. Réussir une belle relation avec son cheval, devenir un leader qu’il suivra partout avec confiance, c’est à cela que l’on aspire à la Ferme du Centaure.

Aujourd’hui, j’arrive à l’écurie à 16 h. Je sais, c’est souvent l’heure des cours des enfants. Justement, j’aime bien les voir ces petites puces concentrées sur leur travail surtout quand la douce Nikita, une croisée Canadien/Percheron, leur servira de monture.

Il faut voir ses grands yeux brillants observer les petites qui la brossent puis montent sur un banc pour lui mettre la bride. Une oreille pliée par le cuir de la têtière, un œil fermé par le montant de la bride, elle attend, la tête basse, que les petites mains lui dégagent l’oreille et replacent les montants de la bride. Les petites mains lui font une chatouille sur le nez en guise de caresse, la jument pousse un soupir de contentement, le cours d’équitation peut commencer.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je ne peux m’empêcher d’admirer cette patience, cette faculté de pardonner les erreurs et de conserver son calme en tout temps. Ce sont des qualités rares. Je ne parle pas ici de grands mystiques, mais des chevaux de cours qui comprennent les humains grands et petits et leur procurent un enseignement du cheval inégalé.

De la tête aux pieds les enfants apprennent à prendre soin de leur ami cheval. L’apprentissage du curage des sabots de Charly devient une activité passionnante et combien valorisante quand on peut le faire soi-même.

J’aime bien assister au moment où l’étincelle s’allume, où la peur devient la joie de pouvoir toucher ce magnifique animal. Une autre jeune fille vient de vivre son rêve.

Les images, pour ceux qui prennent le temps de les regarder sont parfois à couper le souffle. Il y a ces matins de brouillard où l’on devine le troupeau dispersé dans les pâturages ou parfois c’est un bruit de tonnerre, le sol vibre, c’est le troupeau qui, dans une cavalcade effrénée, revient à l’ombre près de l’écurie. Mélange de crinières noires et de poussière, cette masse mouvante pleine de joie de vivre nous fait entrevoir le sens du mot liberté.

Plusieurs activités se déroulent à la Ferme du Centaure en plus du programme régulier d’enseignement. Il y a les journées portes ouvertes avec son spectacle pour le grand public, les compétitions-écoles qui permettent aux cavaliers de vivre une journée des plus excitante et les camps équestres qui ne sont que quelques exemples.

Il y a aussi les stages qui sont remplis de moments captivants. Il y a de nouvelles personnes et de nouveaux chevaux à l’écurie. Tous sont empressés d’apprendre. La philosophie et les techniques mises de l’avant par l’instructeur Orphée nous ouvrent d’autres portes pour nous guider plus loin vers la compréhension des chevaux et de l’équitation.

Tiens, sa vannette est dans le stationnement. C’est notre maréchal qui vient d’arriver pour sa visite bimensuelle. C’est le cousin d’Orphée, ils ont suivi leur premier cours d’équitation ensemble à 6 et 11 ans. Bruno Lapointe, bien connu comme éleveur de chevaux Arabes et pour ses multiples talents de maréchal, d’entraîneur et d’instructeur.

C’est le cousin d’Orphée mais c’est aussi notre Bruno. Depuis plusieurs années, il se déplace depuis son coin de pays en Ontario à 6 heures de route d’ici pour nous offrir ses services de maréchal. Bien entendu, nous en profitons pour lui soutirer des conseils d’entraînement il est bien gentil et nous en profitons gentiment !

Retour en Haut